13/09/2008 18:41 Alter: 11 yrs

La Bibliothèque nationale à l'ère de la révolution numérique et de la citoyenneté européenne

Kategorie: 89/2008 - Literatur 89/2008 - Literatur

Luxemburgensia online Sainarnarrror memimeormour erno 1.766.1 *461 iii La Bibliothèque nationale l'ère de la révolution numérique'111 MME \ 0 k ? CFA et de la citoyenneté européenne L a Bibliothèque nationale de Luxembourg (BnL), créée en 1798 sous l'appellation de «bibliothèque centrale» par les autorités du Département des Forêts dans le sillage des idées progressistes de la Révolution française, est l'une des institutions les plus anciennes du pays. Mais elle est aussi l'une des institutions étatiques les plus touchées par la révolution numérique, une révolution d'échelle comparable à celle déclenchée par l'invention de l'imprimerie par Gutenberg, une révolution qui est en train de boulever-ser nos économies, nos modes de vie, notre façon de lire et d'écrire et notre manière de nous approprier savoirs et information. La Bibliothèque nationale, qui a hérité d'un riche patrimoine de ses devancières d'Ancien régime (comme les bibliothèques des abbayes d'Echternach et d'Orval) ou de bibliothèques intégrées au cours des 19e et 20e siècles (par exemple la Bibliothèque du Gouvernement) enrichit quotidienne-ment son patrimoine grâce au dépôt légal qui oblige tout éditeur à déposer plusieurs exemplaires de ses publications à la BnL. La Bibliothèque nationale constitue ainsi une collection exhaustive de l'ensemble de la production éditoriale du Grand-duché: pour le meilleur et pour le pire. Elle n'est pas un musée du livre, mais la mémoire de la nation dans laquelle s'enracine son pré-sent et son devenir. Cette mémoire n'est pas figée: elle est vivante, elle sait parler et répondre à quiconque sait la consulter et la questionner. Aussi la BnL, comme toute bibliothèque nationale, est-elle à. la fois un instrument et un symbole de la souveraineté et de l'identité nationale du Grand-duché. Ce n'est pas par hasard que les nouveaux et jeunes Etats nés de l'éclatement de l'Em-pire soviétique ou de l'ex-Yougoslavie aient tous dotés leurs nouvelles capitales d'une Bibliothèque nationale. Aujourd'hui, les bibliothèques nationa-les ne peuvent plus se contenter de rassem-bler les imprimés. Elles doivent s'attaquer aussi aux «publications numériques» et surtout à la collecte et à l'archivage des pu-blications sans support matériel, accessibles via Internet, voire les sites Internet eux-mê-mes. Inutile de dire qu'il s'agit-là d'une tâ-che colossale. Pour la maîtriser, les biblio-thèques nationales, d'Europe et au-delà, qui ont une longue tradition de coopéra-tion, se concertent et travaillent ensemble. «Europeana», la bibliothèque numérique multimédia lancée le 20 novembre par la 31Commissaire européenne Viviane Reding, doit beaucoup aux bibliothèques nationa-les et est un excellent exemple de leur fruc-tueuse coopération. Contrairement aux bibliothèques na-tionales des grands pays (p. ex de France ou d'Allemagne), la BnL, se situant de ce point de vue plus tôt du côté de la Bibliothèque nationale de Finlande ou de la Bibliothèque nationale et universitaire d'Islande, hé-berge et enrichit un riche fonds d'ouvrages de provenance internationale. Ce faisant, elle se concentre sur les ouvrages à. carac-tère scientifique et documentaire, destinés au public adulte: elle est une bibliothè-que encyclopédique, offrant des ouvrages de toutes matières, et une bibliothèque de recherche, alors que La Bibliothèque municipale de la Ville de Luxembourg se concentre plutôt sur les ouvrages dits de «divertissement» ou destinés aux enfants et aux jeunes. Depuis quelques années, la Bibliothèque nationale s'est dotée égale-ment d'un fonds important de revues et de bases de données numériques, accessibles en ligne. Ces publications électroniques sont achetées désormais en consortium par la Bibliothèque nationale et l'Université, qui seront rejoints en 2009 par les trois Centres de recherche publics (CRPs). Elles sont ren-dues accessibles via le «portail bnu» (www. portail.bnu.lu) qui offre aujourd'hui accès au plein texte de plus de 22000 e-journals et 215 bases de données. La Bibliothèque nationale, comme par le passé, entend ren-dre ses fonds accessibles à tout citoyen in-téressé et c'est la raison pour laquelle elle a toujours tenu à offrir aux lecteurs inscrits l'accès à. distance aux publications électro-niques. En effet, à l'âge de la société de la 32 M.IWi ONEEkittlnilig edam =PME!! MCO maria - connaissance où la richesse des nations se mesurera de plus en plus à la richesse de leur capital humain, le savoir et la culture ne peuvent être réservés à. une élite du di-plôme ou du statut social, mais il importe plus que jamais de réveiller et de nourrir les curiosités, les intelligences et la créativité, où qu'elles soient, dans toutes les couches de la population. De ce souci de faciliter l'accès au plus grand nombre et d'utiliser les moyens les plus modernes de la com-munication résultent aussi les projets de numérisation de la BnL. Dès aujourd'hui plus de 200000 pages de journaux, de li-vres et 18000 cartes postales sont accessi-bles sur le site www.bn1.1u. Cette politique Guy Hoffmann de large accès du public est couronnée de succès et mise en évidence par le nombre des visiteurs physiques de la BnL ? 70000 en 2008, parmi eux une majorité de non Luxembourgeois et de frontaliers ? sans compter les très nombreuses visites virtuel-les des sites internet de la BnL. La complexité croissante des systèmes informatiques de bibliothèques et de la technologie du numérique expliquent que, de plus en plus, les bibliothèques nationales travers le monde sont chargées de mis-sions nationales d'impulsion, de coordina-tion ou de «service provider» au service d'autres bibliothèques. Tel est aussi le cas au Luxembourg. La BnL gère les systèmes ? ar. Bibliothèque nationale de Luxembourg Luxembtneensla onHne stemm. ...a. nolkaoca mu I Me min. I reamon Luxemburger IlfustrIerteWocbensdIrilt: IO. prie Bibilothéque nationale de Luxembouni iren.otet canuct I canalosnisirou Luxemburgensla 1.eane? hm I Mo 1 121.0.er I emeies....1.1. I cavais..Les directeurs de la Bibliothèque nationale Jul Christophory 1984-1996 Jean-Claude Muller 1996-1999 Joseph Goedert 1965-1972 Monique Kieffer depuis 1999 Gilbert Trausch 1972-1984 Avant la nomination de M. Joseph Goedert au poste de directeur en 1965, les responsables de la Bibliothèque nationale portaient le titre de «professeur-bibliothécaire». 3334 et lm 6. informatiques du réseau de bibliothèques luxembourgeoises. Ce réseau bibnet.lu (www.bibnet.lu) comprend aujourd'hui 35 bibliothèques dont celles de l'Univer-sité, du Centre national de littérature, du Centre national de l'audiovisuel, du Statec, les bibliothèques municipales de la Ville de Luxembourg et de Dudelange ou encore de nombreuses bibliothèques de lycées. Ce réseau, qui se concrétisait jusqu'ici avant tout par l'utilisation d'un catalogue collec-tif (le catalogue bibnet.lu) devra s'étendre l'avenir à l'utilisation en réseau de systè-mes communs pour l'offre de publications numériques, par exemple les e-book. Le «portail bnu», géré par la BnL, est un pas important dans cette direction. Tels sont les faits et considérations qui ont conduit le Gouvernement â. proposer la création d'une bibliothèque nationale et universitaire, une plate-forme documentaire nationale et cen-trale, mais installée sur plusieurs sites, sur la Place de l'Europe au Kirchberg, auprès de l'Université à Esch-Belval et, le cas échéant, sur le site de la Faculté d'économie, de droit et des finances â. Luxembourg-Ville. Le numérique et les bibliothèques «vir-tuelles» rendront-t-ils caduque, superflue, la bibliothèque traditionnelle, physique? Les exemples .à l'étranger prouvent le contraire. Partout où on a construit de nouvelles bi-bliothèques, modernes, avec de nombreux livres en accès direct, complétés par une bonne offre de publications numériques et un encadrement «pédagogique» adéquat, le public afflue, plus nombreux qu'aupara-vant. L'exemple de la bibliothèque munici-pale de la Ville de Luxembourg confirme cette règle, sans que pour autant, du moins jusqu'à ce jour, le nombre de visiteurs de la BnL ait chuté. ? r:- Projet de la nouvelle Bibliothèque nationale au Kirchberg Pourtant, le bâtiment historique de l'ancien Athénée n'est plus, depuis long-temps, à la hauteur des besoins. Aussi la Bibliothèque nationale attend-elle avec impatience son nouveau bâtiment qui sera construit sur la place de l'Europe à Kirch-berg, à. l'emplacement du bâtiment Robert Schuman. Ce site, avec vue combinée sur l'ancienne ville forteresse et la nouvelle ville du Kirchberg, est un site idéal pour une bibliothèque telle que la Bibliothèque nationale de Luxembourg: bibliothèque pa-trimoniale, mais aussi bibliothèque tournée résolument vers le présent et l'avenir. Facile d'accès, à proximité de la Philharmonie, du Musée d'art moderne et contemporain et du Musée de la forteresse, la BnL formera avec ces institutions culturelles une vérita-ble cité de la culture et sera, grâce à ses nombreux visiteurs, un facteur important de l'animation urbaine de la Place de l'Eu-rope. La Bibliothèque nationale, installée sur la Place de l'Europe, dégagera une sym-bolique forte: celle d'un pays qui respecte son passé et ses racines mais qui vit réso-lument à l'heure de la double citoyenneté: luxembourgeoise et européenne. Monique Kieffer Directrice de la Bibliothèque nationale de Luxembourg Bibliothèque neticaele d. Wombat.. Luxerniwieensia Getine s.d.. ove pmcsearc Ime I eatalcomah.ormadre 1 Mt. I Essenes.dirtarerce I calamars Collect1on d? unes MA*1 Vie quo... ? 561,8 anutation ? Carte min,. 3856.


Dateien:
PDF(1.0 Mb)

89/2008 - Literatur

p.  1