07/03/1999 18:10 Alter: 20 yrs

Entre la terre et le ciel

Kategorie: 60/1999 - Gëlle Fra 60/1999 - Gëlle Fra

Sur la place de la Constitution à Luxem-bourg se trouve le Monument du Souvenir, l'ceuvre du sculpteur luxembourgeois Claus Cito (1882-1965). Inauguré le 27 mai 1923, il rappelle que durant la Première Guerre mondiale, malgré la neutralité du pays, près de trois mille volontaires luxembourgeois avaient rejoint les armées alliées. La plupart sont morts sur les fronts belges et français. Démoli le 21 octobre 1940 sur ordre des autorités allemandes, le Monument du Souvenir est partiellement reconstruit en 1958. Ce n'est qu'en 1985 qu'il retrouve, à. quelques détails près, son aspect originel de 1923. Le Monument du Souvenir est constitué d'un socle rectangulaire et d'un obélisque en pierre surmonté, .à quelque vingt mètres du sol, d'une statue en bronze représentant une femme tenant à. bout de bras une couronne de laurier. A la base du monument, un ensemble sculpté représente deux figures masculines groupées autour d'un tombeau. Un gisant, ceint d'un pagne, serre dans ses mains ramenées sur sa poitrine les attributs du combattant victorieux, le glaive et la couronne de laurier. Assis à côté de lui, un compagnon d'armes prend appui de son bras gauche sur le tombeau dans une attitude suggérant la communion des vivants et des morts dans la victoire. Le monument est entouré d'un parterre circulaire dont l'accès est gardé par une barrière où se répète le motif de la couronne de laurier. Sur les trois autres faces de la base du monument sont gravés des propos du Maréchal Foch et du Général Gillain, en l'honneur des volontaires luxembourgeois tombés durant la Première Guerre mondiale et de la Grande- Duchesse Charlotte en l'honneur des mêmes volontaires mais aussi des victimes de la Deuxième Guerre. Enfin, il faut signaler une petite plaque insérée dans le sol qui fait référence la Guerre de Corée. Il existe plusieurs sculptures datant du XIX' siècle qui annoncent la Gëlle Fra. L'artiste alle-mand Ludwig von Schwanthaler (1802-1848) est l'auteur d'une sculpture intitulée Bavaria (1837-1848, Munich) qui représente une figure féminine brandissant dans sa main gauche une couronne de laurier. Mais c'est sans doute la sculpture qui trône sur la Siegessäule de Berlin (Großer Stern) qui annonce le mieux l'ceuvre de Claus Cito. En effet, sur cette colonne, érigée en 1873 sur l'ordre de Guillaume Ier (1797-1888) pour commémorer les victoires sur le Danemark (1864), l'Autriche (1866) et la France (1871), se trouve une Victoire entièrement dorée. 30 Entre la terre et le ciel ff Victoire de Samothrace », marbre. ille-iie siècle av. J.-C. Musée du Louvre, Paris (R. Roland, Ziolo). Très populaire au Grand-Duché de Luxem-bourg, le Monument du Souvenir est communé-ment appelé Gëlle Fra. II doit ce surnom à la couleur dorée de la figure féminine, la plus emblématique du monument. Ce thème trouve son origine dans l'art antique. Il s'agit de la représentation allégorique de la Victoire. Parmi les exemples les plus célèbres, on peut citer: la Niké d'Olympie (vers 420 av. J.-C., Musée d'Olympie) et la Niké dite Victoire de Samothrace (vers 190 av. J.-C., Musée du Louvre). On sait également que la Curia Julia où se réunissait le Sénat et dont la construction fut commencée par Jules César en 44 av. J.-C., comportait elle aussi une statue de Victoire. Une étude comparative de la Gëlle Fra et de la Niké d'Olympie fait apparaître des similitudes. Un même traitement du drapé, plaqué sur l'avant du corps, en souligne les contours. Cependant un détail anatomique, le nombril, clairement rendu dans la figure de la Gëlle Fra et de la Victoire de Samothrace est absent dans la Niké d'Olympie. Au dos de la statue, un pan du drapé nettement décollé du corps, comme sous l'effet du vent, en accentue le dynamisme. A la différence des deux sculptures grec-ques, la Gëlle Fra tient à bout de bras une couronne de laurier. On connaît cette pratique romaine qui consistait à en couronner les triom-phateurs des jeux. Sur un des reliefs de l'Arc de Titus (190 ap. J.-C., Rome), on peut voir l'empe-reur conduisant un char sur lequel est aussi représenté une Victoire qui tient au-dessus de la tête de Titus une couronne de laurier. Un autre relief visible sur l'Arc de Trajan (107-117 ap. J.-C., Bénévent) et de nombreux vestiges illustrent également des scènes semblables. Outre la figure de la Victoire elle-même, plusieurs éléments de la Gëlle Fra revêtent eux aussi un caractère symbolique. La couronne symbolise la puissance de celui qui la porte autant que ses liens priviligiés avec les puissances célestes. Une couronne placée sur la tête souligne non seulement la puissance de celui qui la porte, mais tient aussi lieu de lien entre la terre et les puissances du ciel. Dans la Grèce antique, le laurier est une plante médicinale, mais aussi un moyen de puri-fier les souillures morales. A Rome, il est signe de paix après la victoire. Quant aux premiers chrétiens, sensibles au caractère persistant de ses feuilles, ils en font le symbole de la vie éternelle. La couleur d'or renvoie à la tradition grecque où l'or évoque la fécondité, la richesse, la connaissance et le feu.La nudité de la Gëlle Fra peut donner lieu à des interprétations contradictoires. La première, païenne, fait de la nudité le reflet de la pureté physique, morale et intellectuelle. La seconde, chrétienne, condamne le nu qu'elle juge néfaste pour l'esprit parce que trop sensuel. Durant sa jeunesse, Claus Cito entretient des rapports amicaux avec le peintre August Macke (1887-1914). Dans un livre consacré à son mari, Elisabeth Erdmann-Macke, fait, à plusieurs reprises, référence à l'amitié sincère qui liait August Macke à. Claus Cito. Ces contacts ont-ils eu une influence sur le travail de ce dernier? Rien dans ses oeuvres connues aujour-d'hui ne permet de le penser. Mais il est vrai que l'expressionnisme ne s'est guère épanoui dans la sculpture. Artiste au talent certain, Claus Cito n'est pas un novateur. Qui l'était alors au Luxem-bourg dans les années vingt? Et même si quel-ques années plus tard, il sera un des sécessionni-stes s'opposant à l'hégémonie du Cercle Artistique, il n'en demeure pas moins assez clas-sique. Bon portraitiste, Cito s'est aussi illustré par plusieurs monuments funéraires. Le Monument du Souvenir est sans doute le plus réussi de tous. Sa réalisation lui a été confiée à la suite d'un concours organisé en 1920. Les modifications entre le projet intitulé A nos braves, et son exécution concernent le socle, initialement plus étendu et orné de deux ensem-bles sculptés. L'intelligence de Claus Cito est d'avoir compris que ce monument devait être empreint d'une grande retenue. Une trop grande origina-lité esthétique aurait été inadaptée à. ce projet répondant à une commande officielle. S'inspi- ORIGINAL MOTION PICTURE SOUND TRAC 007e- ?Emal GOLDFINGER SEAN CONNERY as JAMES BOND 0 HONOR BLACKMAN PUSSY GALORE cei,T ,RoaE DqYGER -ohn barry rant, on l'a vu plus haut, de modèles déjà existants, Claus Cito a dû chercher à ne pas heurter la sensibilité du grand public. Son classi-cisme ne pouvait qu'y contribuer, même si la nudité de la Gëlle Fra n'a pas manqué de choquer certains esprits. La décision d'ériger le Monument du Souvenir est un acte politique et symbolique. L'attitude de la Cour et du Gouvernement durant la Première Guerre mondiale avait eu pour conséquence des troubles internes et des projets annexionnistes en France et en Belgique. Par la suite, le Luxembourg assoit cependant définiti-vement son indépendance sur l'échiquier inter-national. Et dès 1920,1e Luxembourg est associé, grâce à ses volontaires, aux vainqueurs de la Grande Guerre. Le 28 novembre 1920, se tient à Paris, en Sorbonne, une grande fête commémorant la libération du territoire luxembourgeois. A cette occasion, «L'Indépendance luxembourgeoise» avait organisé une souscription nationale afin de remettre un souvenir luxembourgeois au Maréchal Foch. Il se voit offrir une statue symbo-lisant la Marne. Le Monument du Souvenir est inauguré en grande pompe le 27 mai 1923. Outre la présence des autorités nationales, de nombreuses person-nalités étrangères ont été invitées: le Prince Léopold de Belgique, le Général de Lardemelle (Gouverneur de Metz), le Général Gillain (Chef d'État-Major de l'armée belge), le Comte della Torre (Ministre d'Italie), Monsieur Mollard (Ministre de France), le Comte de Laubespin (Ministre de Belgique). Des détachements mili-taires belges, français et luxembourgeois, encad-rent la manifestation. Précédant de quelques mois cette inaugura-tion officielle, une cérémonie assez particulière mérite d'être relatée. Le 30 novembre 1922, des documents sont déposés dans le socle du monu-ment. Il s'agit des listes des membres du Gouver-nement, de la Chambre des Députés, du Conseil Communal de Luxembourg, de la Commission Générale du Monument du Souvenir et enfin, la liste de toutes les personnes qui ont participé au bon développement du projet. De plus, six portraits photographiques ont également été placés dans le monument. Ceux de la Grande- Duchesse Charlotte, du Prince Félix, de Emile Reuter (Ministre d'Etat), de François Altwies (Président de la Chambre des Députés), de Mgr Pierre Nommesch (Evêque de Luxembourg) et de Victor Thorn (Président du Conseil d'Etat). Outre ces listes et portraits, des prélèvements de terre et des éclats d'obus provenant des champs de batailles français et belges où se sont illustrés Le mythe de la femme dorée au théâtre (?De Schantchen" de Nico Helminger, 1989), au cinéma et en littérature les volontaires luxembourgeois, sont aussi déposés dans le monument. Ainsi, c'est la nation toute entière qui se retrouve symboliquement réunie, sous le regard protecteur de la Gëlle Fra. Au cours de la Deuxième Guerre mondiale, Le Monument du Souvenir est détruit par les occupants allemands. Relaté, après la libération, dans plusieurs publications d'anciens combat-tants, cet épisode semble avoir été douloureux pour la population luxembourgeoise, la Gëlle Fra symbolisant alors la liberté de tout un pays. Pourtant, il faudra attendre presque un demi- siècle, et une souscription nationale, pour la voir à nouveau honorer les morts et protéger les vivants. Est-ce trop de dire qu'avec Notre Dame de Luxembourg et la Grande-Duchesse Charlotte elle fait partie du triumvirat maternel cher au coeur des Luxembourgeois? Frédéric Humbel Bibliographie ? Braun-Breck, Lotty, Claus Cito (1882-1965) und seine Zeit, Luxembourg, 1995; ? Erdmann-Macke, Elisabeth, Erinnerung an August Macke, Francfort surie Main, 1994; ? Monument du Souvenir Eis Gélle Fra 1923 1940 1985, plaquette éditée par la Commission gouverne-mentale pour la reconstruction du Monument du Souvenir Gélle Fra, Luxembourg; ? Etringer, Norbert, D'Gélle Fra get erém opgeriicht, in Luxemburger Wort, 4 février 1984, p. 7; ? Raths, Aloyse, Monument du Souvenir ?Gélle Fra 1923-1983", in Rappel 5-6, mai-juin 1983, p. 147- 174; ? Chronique de la Ville. Au Monument du Souvenir, in L'Indépendance luxembourgeoise, 1" décembre 1922; ? Monument du Souvenir, in Luxemburger Zeitung, 12 octobre 1920; - Archives nationales de Luxembourg, Documentation historique (DH)


Dateien:
PDF(614 Kb)

60/1999 - Gëlle Fra

p.  1