30/09/1985 12:13 Alter: 33 yrs

L'école de la rue Aldringen

Kategorie: 20/1985 - Primärschulen 20/1985 - Primärschulen

En mai 1974 fut démoli le bâti-ment de l'ancienne école primaire de la rue Aldringen (?d'Aldringerschoul"), face à l'Hôtel des Postes, pour faire place au centre administratif Emile Hamilius et à la gare d'autobus adjacen- te. Cette école, longtemps appelée ?d'neit Schoulgebei" pour la distinguer de l'école de la Congrégation, avait été construite en 1882-84 d'après les plans de l'architecte de la Ville de l'époque, Antoine Luja. L'édifice reflétait les conceptions qu'on avait alors de l'hy-giène scolaire, notamment entrées, cours et blocs séparés pour les deux sexes, ce qui explique la disposition symétrique du bâtiment dont les étages étaient accessibles par deux escaliers dis-tincts. Une surface vitrée importante devait permettre une aération et un éclai-rage optimaux, d'où enfilades de fenê-tres. N'oublions pas l'importance de la lumière du jour à une époque où l'éclai-rage se faisait encore au gaz! Les salles de classe, au nombre de dix-huit, avaient des plafonds élevés pour assurer une bonne circulation de l'air. Chaque salle était en outre dotée de son propre petit vestiaire. Au sous-sol on avait aménagé une salle de gymnastique toutefois peu appropriée puisque des piliers l'encom-braient, dans les mansardes, une salle de dessin. L'Harmonie municipale dispo-sait pour ses répétitions d'un local dans 16 la cave. L'immeuble, déjà impression-nant par ses dimensions et son volume, avait des allures de caserne avec son haut mur bordant les cours du côté de la rue Aldringen et formant un véritable enclos. En 1927, ce mur fut remplacé par une grille. L'école de la rue Aldringen pou-vait se prévaloir d'une vocation extra- scolaire remarquable. Ainsi, du 30 août au 28 septembre 1914, elle servait de quartier général de l'état-major de l'ar-mée allemande qui y dirigeait les opéra- tions de la bataille de la Marne. Au len-demain de la Seconde Guerre mondiale, une aile de l'immeuble hébergeait le cen-tre d'accueil pour les rapatriés. De nos jours, seuls deux arbres sauvés miraculeusement et survivant tant bien que mal à côté de l'entrée du parking souterrain, témoignent encore de l'îlot de verdure que fut, en plein cen-tre de la ville, la cour méridionale de P?Aldringerschoul". Jean Probst


Dateien:
PDF(304 Kb)

20/1985 - Primärschulen

p.  1