13/06/2008 18:42 Alter: 10 yrs

Des premiers pas du "syndicat d'initiative" vers le LCTO

Kategorie: 88/2008 - Tourismus 88/2008 - Tourismus

?DES PREMIERS PAS DU VERS LE 50 luxembourg city tourist office La fondation le 6 décembre 1933 d'un syndicat d'initiative et de tou-risme officiel de la Ville de Luxembourg advient dans une période dif-ficile de l'histoire de notre pays. Les tourments de la Première Guerre mondiale à. peine oubliés, une grave dépression venait dans les années trente mettre un terme à. la reprise de la vie économique et à. l'essor de l'activité touristique. C'est ce moment crucial de notre ?....destin national qu'un groupe de gens dévoués .à la cause du tourisme se réunit l'Hôtel de Ville pour créer un nouveau «Syndicat d'Initiative». Certes, il existait déjà des initiatives ayant pour objectif de promouvoir le tourisme dans la capitale et dans le pays, ne mentionnons que l'ac-tivité du «père du tourisme luxembour-geois», Alexis Heck, celle de la «société d'embellissement» créée en 1877 à Ech-ternach, celle du «Veloce Club Luxem- bourgeois» (constitué le 2 avril 1884) ou encore celle du Touring Club Luxem-bourgeois (créé le 12 décembre 1896). En 1933, les membres-fondateurs du nouveau syndicat étaient conscients qu'il fallait cette fois constituer un organisme répondant particulièrement aux besoins touristiques spécifiques de la Ville de Luxembourg. A cet égard, leur intention déclarée de «faire de la capitale de notre pays un vrai centre de tourisme», n'a rien perdu de son actualité.Le second bureau d'accueil du Syndicat d'Initiative et de Tourisme (SIT.) se situait au pavillon de la Place de Paris (1935) Comment atteindre cet objectif dans des conditions peu favorables? Dès mars 1934, un «Comité de Direc-tion» élabora un programme mettant l'ac-cent sur l'implantation d'un bureau d'in-formations sur la Place d'Armes. Ce bureau devait non seulement accueillir les visiteurs étrangers, mais également faire de la pu-blicité réceptive et organiser celle que nous qualifions aujourd'hui d'émettrice. Le bureau de renseignements de la Place d'Armes ouvrit effectivement ses portes en mars 1934 et accomplit de suite la distribution du premier dépliant touristi-que en 10000 exemplaires. Mais le bureau avait à peine commen-cé à. fonctionner de manière autonome que l'occupant nazi l'aligna en tant que «Verkehrsamt» sous l'autorité du trop fa-meux «Chef der Zivilverwaltung» Gustav Simon. Les exactions et tourments de la Deuxième Guerre mondiale touchant leur fin, le bureau d'informations de la Place d'Armes put enfin rouvrir ses portes le 20 avril 1946, la veille du jour de Pâ-ques. Pendant un court laps de temps, le Syndicat d'Initiative et de Tourisme (SIT.) contrôlait également le fonctionnement d'un second bureau d'accueil. Celui-ci ? o o -2 o o o 51DES PREMIERS PAS DU VERS LE LCTO- Team 52 ff4...ce d4-y tourist o imediase situait au pavillon de la Place de Paris et était depuis 1935 entre les mains de l'Union des Villes et Centres touristiques, avant d'être de 1947 à 1949 entre celles du SIT., pour enfin à partir de 1949, et pour plusieurs années, tomber entre les mains de l'Office National du Tourisme qui avait remplacé l'Union des Villes après la Deuxième Guerre mondiale. Le SIT. n'entretenait donc plus qu'un seul bureau d'accueil, celui de la Place d'Armes. Confi-nés dans des bureaux à l'époque trop exi-gus, les responsables du syndicat ont salué avec satisfaction les rénovations successi-ves de ce bureau par la Municipalité, no-tamment en 1973-1974. Deux nouveaux créneaux porteurs ont fortement marqué le profil de l'actuel Luxembourg City Tourist Office. Le tourisme d'affaires Le premier est en rapport avec le dé-veloppement de la ville de Luxembourg en tant que capitale européenne à partir de 1952 et en tant qu'espace pour des congrès et pour l'organisation d'autres événements. C'est dans ce sillon que les gestionnaires du tourisme citadin créèrent en 1989 le Luxembourg Convention Bu-reau, un département du SIT. spécialisé en matière d'organisations MICE (Mee-tings, Incentives, Conferences, Exhibi-tions), qui était donc dédié au tourisme d'affaires. L'autre créneau tient compte de la vocation de plus en plus affirmée de la ville de Luxembourg en tant que berceau culturel du pays, inspirant de ce fait les responsables du SIT. à fonder dès la fin des années 70 un service s'occupant plus particulièrement des événements culturels appelé aujourd'hui «events & culture». Le tourisme culturel 1995 a été une autre année charnière pour le «Syndicat d'Initiative» en ce qui concerne le tourisme culturel. C'est au mo-ment précis où Luxembourg a été désignée comme «ville européenne de la culture» que le S.I.T. a élaboré un nouveau concept de communication visuelle. Le «Syndi-cat d'Initiative et de Tourisme de la Ville de Luxembourg» prend l'appellation de «Luxembourg City Tourist Office» (LCTO) et développe toute une gamme d'imprimés ne présentant pas seulement l'image d'une «corporate identity» indélébile, mais éga-lement un réel «corporate design», le tout corroboré par un nouveau logo et accom-pagné du slogan «Luxembourg Bonjour», suivant ainsi strictement les règles de sa nouvelle charte graphique. Autre étape importante dans la vie associative du LCTO: le 2 octobre 2006, le Luxembourg City Tourist Office ferme définitivement les portes de ses anciens locaux situés au Cercle Municipal sur la Place d'Armes et s'installe avec son bureau d'accueil et les services administratifs sur la Place Guillaume II, dans le bâtiment dit du «Petit Passage». Roland Pinnel Directeur du LCTO 53


Dateien:
PDF(0.9 Mb)

88/2008 - Tourismus

p.  1