1919 Bouleversements & renouveau

Quand en novembre 1918 les canons se taisent sur les fronts de la Grande Guerre, la paix n’est pourtant pas encore au rendez-vous. Les nations qui pendant quatre ans se sont livrées de terribles combats, rappellent certes leurs soldats et rapatrient leur matériel. Mais les hommes et les femmes qu’elles avaient exposés aux effets néfastes d’un conflit long et meurtrier ne sont plus les ouailles obéissantes d’antan. Ils veulent davantage de pouvoir politique, de meilleures conditions de travail, des changements de régime, une société plus ouverte coupant les ponts avec le XIXe siècle.

Pour Luxembourg aussi, 1919 est une année de bouleversements et de renouveau. Dans la capitale, elle commence dès le 9 janvier par des démonstrations, la proclamation de la république, la mutinerie de la Compagnie des volontaires et la décision de la Grande-Duchesse Marie-Adélaïde d’abdiquer. C’est l’armée française qui sur demande du gouvernement Reuter rétablit le calme. On est en droit de se demander quel serait notre régime politique aujourd’hui si le gouvernement
luxembourgeois n’avait pas fait appel à une armée étrangère… Les soldats français, puis américains, sont d’ailleurs bien présents dans les rues de la capitale pendant une bonne partie de l’année 1919.